lundi 23 avril 2012

Adolescents. Poème inédit de J.B




 Adolescents

 

Dans la forêt de mon cœur

J’avais tracé ta clairière

Ton rire éclatait en mille couleurs

Nous étions bariolés d’arcs-en-ciel mélodieux

Et nous dansions de folles chansons

Sans nous poser la moindre question



Les étoiles tombaient

Dans nos mains réunies

Comme des paillettes de printemps

Au bord de la mer la joie galopait

De vague en vague

De bouche en bouche

Aux parfums de nos lèvres



Nous jouions à la désespérance

Et aux incompris

L’orient nous embrasait

Quand le couchant sombrait

Les anges nous touchaient de leurs ailes

Notre jeunesse portait son raz-de-marée

Au-delà des fétiches qui se noyaient



Nous ne savions rien de ce qui nous attendait

Tu marchais sur des sables mouvants

Les yeux fermés

Ta main dans la mienne

Tu croyais à la conquête du monde

Tu étais belle comme une rose 

Qui ne fanerait jamais  

7 commentaires:

Guillaume Lajeunesse a dit…

Sublime.

Danièle Duteil a dit…

Je me prends à rêver...

jean.botquin a dit…

Merci à tous deux, chers amis.

Pâques a dit…

Savourer l'instant, respirer cette rose qui ne fanerait...jamais ...

Anonyme a dit…

"J'avais pris sa main, sa petite main dans la mienne, et je l'avais emmenée dans mon donjon, où ce jour-là j'avais hissé les drapeaux de l'amour, de ces drapeaux que l'on ne hisse qu'une fois dans sa vie, et qui resteraient à jamais hissés dans nos coeurs... Le temps a détruit le donjon depuis longtemps, mais à chaque fois que je hisse le drapeau de l'amour au faîte de mon bateau, je ne peux m'empêcher de penser à ce jour je me donnai à elle toute une journée et toute une nuit, je n'avais que 18 ans..."

elza jazz a dit…

J'aime lire et relire d'aussi
beaux poèmes. Un vrai bonheur...
Elza Jazz

jean.botquin a dit…

Merci Elza, merci Marcelle, Merci Pasquale...