mercredi 25 mai 2011

Minorque et la mer. Photos et haïkus





























































































L'eau sous le voilier
Absorbe l'ombre des reflets bleus
Le soleil se noye
+++
Les pins au-dessus
De la mer ont l'air penché
De vieillards pensifs
+++
Sable immaculé
Quand la mer cristalline et
Vierge suspend ses flots
+++
Le goéland plongeant
Sur mon doigt s'en va penaud
Fâché sur la plage
+++
Passée elle devance
L'instant qu'elle épingle d'un doigt
Au coin d'un ciel bleu
+++
Elle dévisageait
La mer d'un dernier regard
Gorgé de brumes
+++
Le temps s'emmêlait
Les pinceaux en arrimant
Futur et présent
+++
Elle sort de l'eau claire
Les seins arrondis autour
De mes yeux surpris
+++
Elle fait l'amour seule
Avec le soleil qu'elle cache
Dans son ventre chaud
+++
Je l'extirpe avec
Les dents et me brûle les doigts
Jusqu'au crépuscule
+++
Des fleurs méconnues
Têtons ocre rouge décorant
Son corps dévêtu
+++
Le sable s'insinue
Partout dans les obscurités
Des cieux qui nous fuient
+++
Toujours le soleil
Par-delà têtes désertes
Et pieds abusés
+++
Les palmes dessinent
Des caresses sur leurs fronts
À l'encre sympathique
+++
Jean Botquin

3 commentaires:

Marcel Peltier a dit…

Très belle suite de haïkus.


Amicalement.
http://5-mots.blogspot.com/
Marcel.

jean.botquin a dit…

Merci beaucoup. Minorque inspire...

Pasquale's blog a dit…

Elle sort de l'eau claire
Les seins arrondis autour
De mes yeux surpris
+++
Elle fait l'amour seule
Avec le soleil qu'elle cache
Dans son ventre chaud
+++
Et l'homme couché non loin,
sait qu'elle viendra
mourir sur son corps
+++
Et dans cette petite mort,
ils toucheront les étoiles,
du bout de leurs auras
entremêlés...

pasquale M.
03/06/2011