dimanche 12 juin 2011

Avec mon groupe de marcheurs, à la redécouverte d'Emile Verhaeren, à Roisin.

Je suis le fils de cette rage

tenace

Qui veut, après avoir voulu

Encore, et encore plus!


Pierre 21 du circuit






Dès le matin, par mes grand'routes coutumières
que traversent champs et vergers,
Je suis parti clair et léger
Le corps enveloppé de vent et de lumière
Les forces tumultueuses. E.V.




Je regarde rentrer chez moi tout l'horizon
A chaque heure du jour, en ouvrant ma fenêtre;
Et la lumière et l'ombre et le vent des saisons
Sont la joie et la force de l'élan de mon être.
Les Flammes hautes. E.V.















Ma maison semble un nid doucement convoité

Par tout ce qui remue et vit dans la lumière.
La multiple splendeur. E.V.



Elle est humble, ma porte,
Et pauvre, ma maison.
Mais ces choses n'importent
Les Flammes Hautes. E.V.














Il y a quelques mois, la Province du Hainaut réouvrait l'espace muséal Emile Verhaeren à Roisin. J' y ai entraîné mon groupe d'amis marcheurs. Après la visite du musée commentée par un guide de la province, Monsieur Legrand, nous avons suivi le circuit des pierres, à travers champs, bois, le long de la Honelle, et au pieds du fameux caillou-qui- bique. Une promenade très agréable d'un quatre km, jalonnée des pierres gravées de textes poétiques d'Emile Verhaeren. Ponctués d'arrêts pour écouter des poèmes, cette balade nous conduisit enfin vers une guinguette, tout juste à la frontière française.Emile Verhaeren séjourna de longs mois à Roisin durant une quinzaine d'années de sa vie. A cette époque, un train l'emmenait jusque dans un village voisin Angrau, encore desservi par les chemins de fer, supprimé depuis belle lurette. C'est le poéte Rodenbach qui lui fit connaître le village de Roisin dont il tomba amoureux. Tous les promeneurs qui découvrent le pays comprennent tout de suite pourquoi. Ce coin de wallonie est particulièrement attrayant, la douceur des paysages bucoliques enchante, le cours tumultueux de cette mystérieuse Honelle, traversée d'anciens gués de pierres, sous les dômes de verdures des sous-bois, a un air de torrent de montagne.

4 commentaires:

Marcel Peltier a dit…

Oui , un coin superbe, digne d'un grand poète ; j'y suis allé également.

jean.botquin a dit…

Chaque année (octobre)la Direction Culturelle du Hainaut organise une recncontre à Roisin. Nous pourrions faire connaissance, à cettte occasion. Vous pouvez obtenir des renseignements auprès de Jacques Lanotte.

MoP a dit…

J'y suis invité chaque année. J'en fus la dernière fois.

jean.botquin a dit…

Cette dernière fois je n'en étais pas...