mercredi 23 janvier 2013

Naguère il y a très longtemps




Naguère, il y a très longtemps

Bien avant ma naissance

 

Mes mains palpaient les cristaux immortels

Mes pieds foulaient les atolls écumeux

J’enfourchais le cheval sauvage

Je mordais son crin de chanvre au vent

De folle joie je dévalais les vagues

J’embrassais les sirènes

Mes yeux cueillaient les corolles du corail

Nu comme Adam j’épousais la vie

À pleines dents et brassais l’aventure

 

Les jours s’allongeaient dans les aurores

Et les crépuscules d’amour

 

Je passais toutes les nuits à veiller sur tes rêves

À respirer l’odeur de ton corps

À caresser les frémissements de ta peau

À cueillir des lèvres le chant de ta respiration

Car bien avant ma naissance tu étais déjà là

 

Jean Botquin

2 commentaires:

Guillaume Lajeunesse a dit…

Merci pour tous ces magnifiques poèmes !

elza jazz a dit…


Vraiment magnifique. Excellente
année 2013. Bien amicalement.
Elza JAZZ