lundi 10 mars 2008

Le front haut

Voici un extrait de "Le front haut", recueil de prose poétique dont on a dit qu'il était une sorte de roman façonné de mille facettes poétiques avec ce côté magique des mots, des images, des sensations qui font rêver le lecteur (Stephen Blanchard- Joutes littéraires de Bourgogne):

Le Rosier

Elle aime les roses et a les pouces verts. Au début, le rosier ne donnait qu'une rose à la fois. Elle l'a taillé, comme il faut, aux bons endroits. Depuis, elles prolifèrent toujours plus nombreuses. C'est un rosier ardent que l'on voit de partout. Il suffit d'ouvrir une fenêtre sur le jardin pour qu'il entre dans la maison. Un jour, il s'est retrouvé au milieu de la table ronde. Il y avait cinquante-cinq roses, toutes plus belles les unes que les autres. Elle leur parlait, elle les appelait par leur nom. " "Mes petites passions feutrées", disait-elle, "mes porteuses de vent","mes regards illuminés", "mes langues de miel". Elle seule pouvait respirer leur odeur sans défaillir. Des pétales fanés, elle distillait l'essence pour en faire un parfum dont elle s'embaumait. Imprègne-toi de l'odeur de mon corps, lui disait-elle, quand il la retrouvait le soir. Je suis le rosier de ton désir. Mon corps est couvert de pétales, mes lèvres sont humectées de rosée. Je suis la première rose des mille et une nuit. Et il recueillait sur ses lèvres la passion du rosier.

Eric Brogniez a écrit, à propos de "Le front haut" :
Le poème en prose, tout en allusions et en trouble, en mystère et en grâce touche son but à chaque fois, dans une écriture plus nouée, plus resserée sur sa part d'ombre; le cheminement
du texte vers son lecteur atteint ici son parfait équilibre, et, si vous me le permettez, il me semble que vous avez donné là votre meilleur ouvrage. (4 mars 1999)

3 commentaires:

LA NEGACIÓN DE MARÍA a dit…

Je ne sais pas par quel truchement je suis arrivé ici... mais la page a l'air intéressante. Il faut bien que je revienne de temps en temps, si cela ne vous dérange.
Bien amicalement.
Dépuis l' ESpagne
Mariano Ibeas
http://desdeldesvan.blogia.com

Anonyme a dit…

Des larmes sur ces jolies fleurs, comme dans le ciel toute cette journée!
Cristina

jean.botquin a dit…

Mais oui, surtout venez le plus possible, quand vous voulez. J'adore votre pays où comme de nombreux belges je suis allé souvent, de Tolède à Salamanca, Séville, Grenade, Bilbao, Barcelona, partout

JEAN