mardi 15 avril 2008

Le pavillon de la Ménara



Les dents brillantes du Haut-Atlas scintillent
la chaîne à l'horizon déroule
indéfiniment ses neiges éternelles
dans le ciel brumeux de fin février
au-dessus de la lisière verte des palmiers

Alors que s'y détache le pavillon de la Ménara
point d'orgue d'une portée Ravelienne
s'effaçant dans l'eau tremblante du bassin
vers où tendent toutes les lignes du décor
bassin où se noient frémissantes
les échappées mélancoliques de l'inspiration

Un enfant nage dans le silence aquatique
sa tête flotte minuscule
emportée par un clapotis régulier

elle glisse sur la surface glauque
creusant une ride fugitive
sur le visage impassible de l'eau



Enfin il jaillit nu le corps luisant
et s'ébroue comme un jeune dieu
Neptune a douze ans
dans son regard brillent le jeu
du rêve en mouvement et le rire
des sources de cristal

Le pavillon de la Ménara est pareil
à une pierre précieuse sertie dans un anneau
de paix étrange comme lorsque se dégage
de l'envers désertique du silence
la profondeur du centre des choses
et le vertige familier de l'attente

L'enfant nu a disparu
sans vraiment rompre la glace
du spectacle maintenant figé
immobile devant la toile de fond de l'Atlas
sur laquelle se détache le pavillon de la Ménara.


Ce texte a été publié, il y a dix ans, et écrit bien plus tôt encore. Le pavillon de la Ménara est situé à quelques kilomètres de la ville rouge de Marrakech. L'enfant plongeait pour quelques pièces de monnaie. Le dessin est de Thérèse Van Beveren qui vit aux environs de Bruges. Nous avons travaillé ensemble pour faire "Triangles de la Nuit des temps". Au Maroc, février c'est déjà le printemps, les amandiers sont en fleurs mais l'Atlas est encore couvert de son manteau d'hiver.

4 commentaires:

Coumarine a dit…

ce poème est très beau...musisal surtout.
Je lis que vous êtes poète, en plus que d'être romancier...
Je souris un peu: vous parlez ici de "Neptune"...j'ai parlé il y a deux jours de Narcisse...

jean.botquin a dit…

En fait, je ne sais pas très bien ce que je suis, un peu de tout à la fois au risque de n'être rien du tout ou un touche à tout...Je suis quelqu'un qui écrit et qui aime cela. J'ai envie d'un lien avec vous, vous m'autorisez ?

Cristina a dit…

Marrackech...un endroit que j'aimerais découvrir depuis que je me suis plongée dans"Triangles de la nuit des temps"
Je n'ose plus publier,tes textes,depuis ce que tu sais...j'ai un peu peur.
Bisous et merci de ta fidélité et gentillesse.

jean.botquin a dit…

Ne t'en fais pas, tant que les emprunteurs malveillants citent les sources, ils ne volent pas la création...Coumarine, grâce à Couleurs Livre, m'a rendu visite. Elle a écrit un livre sur les blogs qui semble passionnant. Coumarine c'est Nicole Versailles.Ce qu'elle raconte dans son blog n'est vraiment pas banal.