mercredi 30 décembre 2009

Les petites abeilles du musée d'Héraklion


Ce pendentif de fête (offrez le, il en existe d'excellentes copies) d'origine minoenne a été trouvé dans les ruines du site de Malia, en Crête. Il m'a inspiré le texte ci-après:


Face à face, deux abeilles,

En ce gracieux reflet de miroir,

Déposent une goutte de miel doré.


Deux abeilles, en arrêt,

Tant les vibrations des ailes sont rapides

Que leur mouvement se fige

Sous les doigts de l'orfèvre.


Et pour achever ce ballet,

Trois cercles d'or pur

Dardent leurs rayons,

Soleils ou symboles

Corolles ou miroirs

Suspendus dans l'air.


Puis, au-dessus des têtes courbées,

Une sphère en cage

Les surmonte,

Dans une ronde royale.


Pendentif ayant reposé

Où reposaient les courbes

Des prêtresses palatiales,

Reines abeilles sur le sein parisien

D'une épouse minoenne

Dont j'imagine le déhanchement,

Imprimant au bijou

Le rythme qui libère.


J.B.

6 commentaires:

Un petit Belge a dit…

Je vous souhaite un joyeux réveillon et une heureuse année 2010. Un nouveau livre en 2010?

jean.botquin a dit…

Meilleurs voeux à vous aussi. Et pour le reste, pourquoi pas.

Anonyme a dit…

Toi, l’aigle, chef d’orchestre,

Toi chef d’orchestre oiseau,
comme un aigle royal
tu surplombes la scène,
et fait en magicien
sourdre de ta baguette
des hymnes libertés
Oh, Mikis un tonnerre
Est passé dans ta voix.
Toi, aigle des tréteaux
Tu es comme la mer
et ses vagues incessantes
qui font chavirer,
de joie et de bonheur,
Une foule haletante
Oh, Mikis tout un monde
Vibre à tes musiques

Toi maître des musiques
Avec le bouzouki
Tu fais jaillir des sons.
pareils à des galets
qui réchauffent nos cœurs
de trilles de velours
Oh, Mikis un tonnerre
Est passé dans ta voix.
Toi, le grand capitaine
des chants et de musique
Sur les tréteaux dressés
tu fais le chanter la foule,
d’un chœur à l’unisson
criant démocratie !
Oh, Mikis, la ferveur
Tu sais communiquer

Toi l’honneur de la Grèce
Avec ton seul talent
Tu, fis tomber la junte,
Renaître liberté
La tragédie chez toi,
Est une arme de feu
Oh, Mikis, notre ami
De tes sons enchantés
Nous avons grand besoin.

Paul d’Aubin ( Paul Arrighi) Toulouse,

jean.botquin a dit…

J'aime bien votre texte Monsieur d'Aubin de Toulouse.

Sophie Peschard a dit…

Bonjour pourriez vousMe dire ou je pourrais trouve un pendentif comme celui ci

jean.botquin a dit…

Essayez au musée d'Héraklion. A l'époque on y trouvait des copies très fidèles.Bien à vous.